Les atouts d’une installation solaire en Suisse

05.06.2020Helion
L’énergie solaire est propre et durable, elle préserve le climat et s’avère également rentable. Mais de nombreux mythes et préjugés allant à l’encontre de l’investissement dans une installation photovoltaïque ont la dent dure. La plupart des critiques sont toutefois dépassées, reposent sur des demi-vérités ou sont dénuées de tout fondement. Helion passe en revue les dix idées reçues les plus répandues et montre pour quelles raisons le photovoltaïque a de l’avenir en Suisse.

 

1. La Suisse n’est pas assez ensoleillée pour l’énergie solaire

La Suisse convient parfaitement à l’exploitation d’une installation solaire: certaines régions peuvent même rivaliser avec la Toscane en termes d’ensoleillement. L’hiver, les montagnes offrent par ailleurs de meilleurs rendements. En Suisse, le rayonnement moyen annuel est compris entre 1050 et 1550 kWh par mètre carré, soit plus de 200 fois la consommation totale du pays.

 

2. Les installations photovoltaïques ne servent qu’en été et uniquement sur des toits orientés vers le sud

S’il est vrai que la production de courant est nettement plus élevée l’été que l’hiver, des mesures ciblées permettent de mieux équilibrer ce rapport. Grâce à une technologie moderne, la majorité des toits sont aujourd’hui adaptés aux installations solaires, et l’utilisation des façades présente un potentiel important. Les résultats des recherches de l’EFP de Lausanne montrent que plus de la moitié des toits suisses peuvent accueillir une installation photovoltaïque. Si tous les toits et façades adaptés étaient exploités, la production de courant serait nettement supérieure à la consommation annuelle de la Suisse.

 

3. Les petites installations solaires ne sont pas rentables

Une installation solaire de 20 m2 produit déjà environ 80 % du besoin en courant annuel d’une famille de quatre personnes. Son installation est donc également intéressante sur le toit d’une maison individuelle.

 

4. L’énergie solaire est trop chère

En plus d’être respectueuses de l’environnement et du climat, les installations solaires sont valables d’un point de vue économique. Les coûts d’installation et de matériel ont nettement baissé ces dernières années, et cette tendance va en s’accentuant. La subvention de la Confédération et des cantons réduit par ailleurs le montant investi de 25 % supplémentaires. Déduction faite de la subvention et des crédits d’impôts, le coût d’une installation d’environ 30 m2 s’élève ainsi à près de 8500 francs. Les coûts de maintenance et d’exploitation ultérieurs sont par ailleurs extrêmement réduits. Le courant auto-produit coûte environ 13 centimes par kilowattheure. Par comparaison, le prix du courant de réseau est de l’ordre de 20 centimes par kilowattheure. Plus la quantité de courant auto-produit est élevée, plus l’investissement est amorti rapidement.

 

5. Il n’est pas possible d’auto-consommer le courant solaire produit

L’argument selon lequel les installations solaires produisent essentiellement du courant en journée – par conséquent lorsque la maison est vide – n’est pas faux. Mais les appareils ménagers consomment également de l’énergie pendant la journée. Les accumulateurs d’électricité permettent d’augmenter l’auto-consommation. Un chiffre de 60 % est tout à fait réaliste. Le fournisseur d’électricité verse une rétribution pour les excédents qui sont injectés dans le réseau de courant. Les communautés d’auto-consommateurs constituées avec des voisins ou les habitants du ménage permettent également d’augmenter la rentabilité des installations solaires.

 

6. Le courant solaire n’est pas du tout écologique

Contrairement aux combustibles fossiles, les installations photovoltaïques ne rejettent pas de CO2 et préservent ainsi le climat et l’environnement. La fabrication d’installations photovoltaïques génère toutefois de l’énergie dite grise (lien vers le dernier compte rendu?) lors de la production, du transport, du stockage et de l’élimination. Mais cette énergie est déjà amortie après environ deux ans. Avec une durée de vie d’une trentaine d’années, l’installation solaire compense ainsi plusieurs fois l’énergie grise utilisée, et cette performance devrait encore s’améliorer à long terme.

 

7. Les modules solaires ne sont pas recyclables

Les modules photovoltaïques sont essentiellement composés de verre, d’aluminium, de silicium et de quelques métaux tels que le cuivre et l’argent, pour la plupart recyclables. Le processus est comparable au recyclage de fenêtres. Environ 10 %, dont une majorité de matières plastiques, doivent encore être incinérés. En Suisse, les panneaux solaires sont recyclés de manière professionnelle et dans le respect de l’environnement: chez Helion, vous payez dès l’achat CHF 0.80 par module pour le recyclage ultérieur de votre installation solaire.

 

8. Les installations solaires contiennent des substances toxiques et sont extrêmement inflammables

Un projet de recherche mené en Allemagne a montré qu’un incendie est survenu dans moins de 0,01 % des installations, le plus souvent sans s’étendre au bâtiment. L’origine d’incendie n’était pas l’installation en tant que telle mais une erreur de l’installateur ou de l’exploitant. Des substances potentiellement nocives telles que le plomb, le sélénium, le cadmium, le gallium ou l’indium peuvent effectivement être présentes dans les couches profondes des modules, mais uniquement en faibles quantités. Il en va du reste de même pour d’autres appareils, comme les ordinateurs ou les téléphones mobiles par exemple. La solidité des modules solaires est telle que ces substances ne constituent pas un danger lors d’un fonctionnement normal. Ce n’est toutefois pas le cas des panneaux endommagés. L’installation et la maintenance professionnelles de l’installation solaire est par conséquent essentielle.

 

9. L’électrosmog émis par les installations solaires est dangereux pour la santé

Le courant continu produit par l’installation solaire est transformé en courant alternatif. Le rayonnement électromagnétique est ainsi présent en faibles quantités, dont la plus grande partie provient de l’onduleur. Des études indiquent toutefois que les émissions sont largement en dessous des valeurs limites et ne sont pas plus dangereuses pour les exploitants que d’autres appareils ménagers. L’absence de circulation de courant la nuit prévient par ailleurs tout rayonnement.

 

10. Une installation solaire est affreuse

Les modules cristallins courants sont généralement noirs ou bleuâtres, proposés dans des formes et dimensions variées et peuvent être disposés individuellement. Une modification des couleurs est même possible sur demande, de sorte que les installations se fondent de manière optimale dans l’environnement. Les modules à couche mince permettent par ailleurs la réalisation de formes galbées.